Randonnée chapelle de Londres

< Retour à la page précédente
  Randonnées dans l'Hérault
- Clubs Randonnée
- Randonnée en VTT
- Balades à Cheval
- Rando d'Anes
- Livres / Conseils

- Randonnées Hérault
- Balade cascades de la Vis
- Balade lac du Salagou
- Balade St Guilhem le désert
- Balade du Pic Saint Loup
- Balade gorges de L'Héric
- Balade gorges de la Buèges
- Balade chapelle de Londres
- Balade à Olargues
- Balade ermitage du Pic Saint Loup
- Balade ermitage St Bauzille
- Balade l'Oppidum murviel les Montpellier
- Balade mer des rochers de Sauve
- Balade Roc pointu de St Jean de Fos
- Balade sentier botanique de la Font de St-Amans
- Promenade en train dans les Cévennes des Camisards

Nous insistons sur le fait qu'il faut toujours suivre les Gr et ne jamais au grand jamais quitter les chemins balisés, si vous vous aventurez hors des chemins conseillés, vous prennez de gros risques pour vous et les personnes qui vous accompagnent, il se peut que certaines randonnées que nous présentons aient été modifiées ou débalisées, donc nous vous proposons des balades uniquement pour vous faire une idée, il est donc préférable avant de partir de vous renseigner auprès des mairies et ou office de tourisme, si vous décidez de ne pas suivre nos conseils, nous ne pourrons pas être tenue responsable de tous problèmes éventuels.


Merci et bonne balade !


  Randonnée : chapelle de Londres
  Accès départ de Montpellier

De Montpellier, prendre la direction de St-Martin-de-Londres par la D986. Dans ce village prendre la D122E en direction de Notre-Dame-de-Londres. Deux kilomètres environ avant ce village, prendre à droite la D122E et tout de suite encore le premier chemin à droite ; carte IGN 2742EST.

Niveau:
Niveau- Balade facile et familiale durée 1h30
Recommandations:
Il convient de bien surveiller les enfants sur le chemin dominant les gorges. Attention au feu. Tenir les chiens en laisse à cause des troupeaux.

histoires & légendes

Longtemps le pays de Londres fut celui du vers à soie, du charbon de bois mais aussi du grain et du fourrage. Cette longue et morne plaine qui unit par ses étendues balayées par les vents, le pic St-Loup et les altières garrigues au pied des Cévennes possède un charme mystérieux et attirant.

Terres de passage et d’échanges certes, mais surtout terre des hommes de jadis. Voilà une région qui a toujours suscité l’attrait de la civilisation dès l’aube de l’humanité. Les nombreux dolmens épargnés par les assauts du temps subsistent ça et là dans un état de délabrement plus ou moins avancé, témoignant de l’intense attachement de l’homme pour cette contrée pourtant hostile à toute forme de vie… confortable.


Londres et ses marécages


La première trace écrite du mot « Londres » est relevé dans un document du 12ème siècle évoquant la donation de l’église de Saint-Martin de Londres à l’abbaye de Gelonne plus connu sous le nom de St-Guilhem. Se succèdent alors des évocations scripturales des plus révélatrices. Jugez-en plutôt : de Lundres, Lundras de Dundres, Drundis, Dundrias, Drundas, etc…

Une myriade de termes pour édifier sur du papier, bien souvent du parchemin, l’appellation officielle d’un lieu qui trouverait en fait son origine dans la composition du sol.

En effet dans le langage logique et naturel du pays d’Oc, on mentionne une étendue de terre à la fois marécageuse et desséchée par l’appellation de « dundras ». Une constatation que l’on recoupe sans peine lorsqu’on foule de ses pas la plaine de Londres suivant les saisons.

Le sol se comporte soit comme un étang gorgé d’eau (saisons des pluies, équinoxes d’automne et de printemps), soit comme une terre désertique d’apparence craquelée, symptôme irréfutable d’une carence chronique en eau, et ce évidemment durant la période estivale.

On peut raisonnablement penser que jadis un lac important existait dans cette région et que des mutations liées notamment à une forte érosion l’a complètement vidé. Une hypothèse parmi d’autres. Et les eaux lacustres se seraient alors déversées dans le conduit actuel du bassin versant du ruisseau du Lamalou. Direction le fleuve Hérault en passant par le fameux ravin des Arcs.


Le pays de la loutre


Pour avoir une idée plus précise, rendez-vous à l’églisette de Saint-Etienne-de-Gabriac. Non loin de cette charmante chapelle d’où émanent silence et quiétude, on aperçoit une combe verdoyante. C’est la vallée Lamalou. Ses eaux fraîches et limpides sortent par une source au pied du causse de Pomignan pour venir se faufiler à l’entrée d’un petit canyon que l’on découvrira aussitôt après avoir franchi un petit pont qui enjambe les deux rives.
Sur la rive droite on devinera une ancienne bâtisse en ruines, un moulin fort ancien. Destiné à moudre grains et olives il a vraiment fait son temps…

On pourra longer le ruisseau en hauteur grâce à un petit sentier qui emprunte un parcours quelque peu aérien dominant des gorges assez profondes. Un indice indéniable qui viendrait corroborer la théorie de l’évasion du lac. Cet exutoire naturel serait alors la bouche d’évacuation de l’antique étendue lacustre.

Un biotope adéquat pour la loutre dont certains verraient volontiers une autre origine du mot « Londres »…



Accompagnateur randonnée
Cette rando peut être accompagnée par un guide dîplome d'Etat qui évoquera sur le chemin la faune, la flore, la géologie, l'écologie des garrigues  et  contes légendes locales, botaniques et medecine populaire...

Renseignements :
La Maison de la Randonnée St-Guilhem Seranne
- Contac t: HUBERT BORG
- Tel : 06 14 97 51 79

Tous droits réservés ! ©2010 leguidemontpellier.com
© Hubert Borg - © leguidemontpellier.com